Le Nageur 

Il nage, maintenant, avec les nuages

Pour sentir comment le ciel fâché pense. 

Il a peur, il ne peut pas voir la plage,

Il y a seulement la grande vacance. 


Le lumière va avec le Soleil. 

Une pluie froide commence entre les mondes. 

Il nage plus fort contre le temps mauvais,

C’est plus difficile avec chaque seconde. 


La mer que forme a ces émotions 

Qui crient avec le foudre et tonnerre. 

Il peut sentir tout le commotion 

Dans le ciel où il nage en plein air. 


C’est trop compliqué pour l’homme comprendre. 

C’est trop tard, il ne peut pas descendre. 

Advertisements

La Chanson

Les oiseaux ont choisi partir en fin.
Le printemps a froid avec un silence
Comme tout le neige qui descend chaque hiver.
Leur chanson va jouer dans la distance.

Nous essayons répliquer la musique
Mais, le son ne va pas être le même.
Les oiseaux ont quelque chose très unique,
Et ils ont pris le magique que j’aime.

La ville va ça oublier quelque jour.
Ils vont avoir une absence de la vie.
Les oiseaux continuent leur tour
Et ils ne regrettent pas qu’ils ont choisi.

Les arbres vides ici sont un peu tristes
Pour vivre sans leur meilleur des amis.

La Porte

J’ai explorer jusqu’à la porte fermée,
Ce n’est jamais ouverte, mais quelquefois
Je pense que je pouvais ça trouver
Et bientôt je vais faire que je dois.

Je vois tout le monde existent sans une porte.
J’étais plus tard pour n’avoir pas de peur.
Je veux un rendez-vous avec le morte,
Je me sent les ombres froids dans ma cœur.

Tout la fatigue habite avec nous,
Mon stylo ne peut plus écrire ici.
Il y a une commotion perdue
Et elle danse dans les lumières minuit.

J’ai regardé le lieu pour vingt cinq ans.
Je vais continuer encore demain.

Un Voyage des Mots

La mer embrasse le terre à la plage blanche,
Où les histoires a trouvé un livre
Entre l’eau et le ciel de dimanche.
Les mots a un lieu où ils peuvent vivre.

Ils forment un pont de la bas à ici,
Et les nous donnent une nouvelle perspective.
Le grand ascenseur au soleil de midi
Fait chaud avec le pouvoir créatif.

Les questionnes marchent dans la rue, et j’aime
Regarder leur voyage difficile, mais
Je me sent exactement la même
Quand je trouve le monde est à l’envers.

Les mains de la langue écrivent dans ciel,
“Les mots que tu vis sont atemporel.”

La Vie

Je cherche le ciel comme un miroir bleu,
Je trouve le soleil, la plus grand de yeux
Que seul regarde moi comme je suis rien
Mais, je suis petit, et c’est tres bien.

Je ne sais pas le secret de la vie,
La monde, c’est trop grande, mais je decide
De voyager beaucoup, voir que je peux
Avec le temp que j’ai, quand possible.

J’ecrite au soleil pour un bon jour,
J’ai besoin du temp quel est meilleur,
Il n’y a pas de pluie où je suis.
Salut, grand soleil. Je vous remerci.

Dans le parc, j’entende les fleurs que chantent fortes.
Et je vie, je vie, avant je suis mort.